coproductions

© photo Patrick Taberna. Graphisme : Vincent Menu

LA PIECE

Alex, 27 ans, devient mystérieusement autiste. Emmuré dans une passion inédite pour l’astrophysique, il découvre l’existence d’une nouvelle planète. Aidé par sa fiancée Delphine, il s’enfuit de sa clinique pour se rendre dans le désert algérien, unique endroit d’où il pourra observer sa découverte. L’assistante sociale de la clinique, Claire Martin, s’interroge : quel est le sens de la géographie céleste du cerveau d’Alex ? Tragédie moderne sur la mémoire, Les Culs de plomb entraînent le spectateur dans les abysses de la violence intime et historique et proposent une réflexion sur le terme parfois trop générique de « folie ».

« J’aime que le théâtre me raconte avant tout une histoire. Même si je traite ici de sujets graves (l’enfance maltraitée, la maladie mentale, la guerre d’Algérie), j’ai voulu éviter le piège de l’œuvre sociologique, historique, politique. J’ai voulu un texte où le sens et l’émotion aillent de pair. Ressentir la violence, seule façon à mon sens d’éprouver l’empathie envers la victime, Alexandre. » Hugo Paviot. Les Culs de plomb sont le premier volet d’un triptyque théâtral sur la violence, écrit et mis en scène par Hugo Paviot.

Ils en parlent

« Je reste transporté par la qualité de cette pièce, sa très grande théâtralité et l’excellence des acteurs. » Hubert Reeves, astrophysicien

« Cela me semble important que des auteurs comme Hugo Paviot puissent passionner un public avec des questions aussi rarement bien traitées. À voir son spectacle on se rend compte que la folie révèle sa parenté avec la poésie. » Jean-Pierre Klein, auteur, psychiatre honoraire des hôpitaux, directeur de l’Inecat

« Une œuvre très forte, susceptible de donner lieu à un évènement théâtral riche de signification. » Henri Lépine, ruedutheatre.info

Ce spectacle a été présenté à Présence Pasteur du 7 au 28 juillet 2012 lors du festival Off d’Avignon. Il a été repris à la Scène Nationale de Bayonne en Décembre 2013

PRESSE :

POLITIS :

article Kourandart – copie

Theatral magazine bis

culs de plomb la marseillaise

presse Culs de Plomb La Provence

Texte et mise en scène
Hugo Paviot

Avec
David Arribe, Aïni Iften, Lætitia Poulalion, Sophie Stalport

Création et régie lumière
Pierre Marteau

Création et régie son
Christine « Zef » Moreau

Costumes
Adélaïde Gosselin

     photos : Ludo Leleu

Mentions

Production : Les Piqueurs de glingues.
Avec le soutien de : Théâtre de l’Espoir – Présence Pasteur (Dijon/Avignon) ; Théâtre de la Chapelle Saint-Louis (Rouen) – résidence de création ; Association Beaumarchais–SACD ; ADAMI ; SPEDIDAM ; Fondation La Ferthé ; l’Akuarium – studios de répétition au Pré-Saint-Gervais (93). Mécénat : Eiffage Energie ; Saga Entreprise.
Label : « Action partenaire » de la Coordination pour l’éducation à la non-violence et à la paix. Texte publié aux éditions de l’Amandier. Bourse d’écriture du Centre national du Livre.

 LA MANTE – 2ème volet de la trilogie

Création le 9 Février 2016 à La Scène Nationale du Sud Aquitain (coproducteur)

Alexandre est un artiste mondialement connu, qui ne peint qu’un seul modèle : sa muse Anna Paros. Soumis à des accès de rage incontrôlés, il en vient, lors d’une rétrospective de son oeuvre, à déchirer en public son tableau le plus célèbre. Alexandre ne supporte plus le regard d’Anna, qui se confond dans ses cauchemars avec celui de sa mère. Il décide alors de partir à la recherche de cette mère qui l’a abandonné quand il avait 15 ans. Il la retrouve en Andalousie, aveugle, recluse dans le couvent d’un petit village de pêcheurs.
La confrontation entre le fils et sa mère est à l’image de celle de l’Espagne contemporaine
avec son passé le plus sombre : la dictature nationale catholique franquiste n’a pas encore livré tous ses secrets.

Photo : Xavier Cantat

Texte et mise en scène
Hugo Paviot

Avec
David Arribe, Paula Brunet Sancho, Delphine Serina

Création et régie lumière
Jean-Louis Martineau

Création et régie son
Christine « Zef » Moreau

Pièce publiée aux éditions de l’Amandier

Production

Les Piqueurs de glingues

Coproduction
Scène nationale du Sud-Aquitain
Avec le soutien de

Théâtre de l’Espoir- Présence Pasteur / Avignon Off – Théâtre de la Chapelle Saint-Louis / Rouen – Maison des Métallos / Paris – Association Beaumarchais – SACD – ADAMI – SPEDIDAM – Fondation La Ferthé Mécénat – 90 KissBankers

 

 

LA PROMESSE DE L’AUBE de Romain Gary

LA PIECE :

Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. Après cela, chaque fois qu’une femme vous prend dan ses bras et vous serre sur son cœur, ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des lèvres très douces vous parlent d’amour, mais vous êtes au courant.

Texte

Romain Gary

mise en scène

Cyril Brisse

Avec
Céline Dupuis et Stéphane Hervé

Dossier presse Promesse de l’Aube 3

Critique La petite revue